Communiqués


 

 

 

 

 

Au nom de Dieu clément et miséricordieux

 

 

Grand peuple tunisien

Mon objectif à travers ce message est de m’adresser à toutes les électrices et les électeurs, acteurs politiques et acteurs de la société civile, afin de les alerter sur le danger de l’inaction face à la conspiration qui se trame contre la constitution, mettant en danger le processus même de la transition démocratique. 

 

Je ne veux nullement ici rajouter à votre sentiment de douleur et de colère à l’égard de la situation que traverse notre pays ces jours-ci et qui est dû aux  tentatives de sabotage du processus électoral par des méthodes connues de tous pouvant mener à l’exclusion de millions d'électeurs tunisiens 

 

Grand peuple tunisien,

 

Ce qui devrait être une fête électorale a été transformée en une arène de persécution et d’injustice. On m’a arrêté ; on m’a privé de mes droits constitutionnels ; on m’a dessaisi de mon droit de communiquer avec le peuple comme tout autre candidat aux élections.

 

La persécution ne s’est pas arrêtée à ce niveau ; on m’a interdit de participer aux différents débats télévisés en violation flagrante du principe d’égalité des chances entre les candidats.

 

J’ai également appris que mes partisans, les membres du parti « au cœur de Tunisie », l’équipe de ma compagne ainsi que tous ceux qui se sont joint à eux, ont fait l’objet de mesures d’intimidations et de harcèlement. Je tiens à saluer leur résistance et leur combat qui ne fléchit pas.

 

Je tiens également à saluer les femmes et les hommes de mon pays qui affluent pour joindre notre cause.

Grand peuple tunisien,

 

Nous n'accepterons jamais l'abandon de nos acquis. Nous n'accepterons jamais non plus la trahison du sang de nos martyrs et les combats menés pour la liberté, la démocratie et la dignité.

 

Me mettre en prison, m'empêcher de mener ma campagne électorale et m’empêcher d'exercer mon droit de vote, garanti par la constitution et la loi électorale, m'ont donné plus de force et d’intransigeance que jamais pour faire face à l'injustice et à la tyrannie.

C’est pourquoi j’ai décidé d’entamer une grève de la faim à partir du 12 septembre 2019.

 

La loyauté à la patrie

La souveraineté au peuple

Vive la Tunisie libre et indépendante

Ils veulent me faire taire, le peuple tunisien dira son mot

 

Nabil Karoui